Donne-leur la lumière de tes ténèbres

Le deuxième congrès national sur l’entraide a été entièrement consacré à la coopération.
Les échanges entre les personnes concernées, les groupes d'entraide, les organisations d'entraide et les professionnel-le-s lors du congrès de Bienne ont été intenses et enrichissants. La coopération entre les organisations d’entraide et les institutions de santé ainsi que celle entre les organisations d'entraide elles-mêmes ont été au centre des discussions.
Le malheur n’arrive jamais seul, or dans le malheur, l’on se retrouve souvent seul
La multimorbidité, c'est-à-dire plusieurs maladies en même temps, est la constellation de maladies la plus courante. Le prof. Battegay de l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ) a déclaré dans son exposé que la science, l'enseignement, les hôpitaux, les systèmes de santé et les entreprises ont basé leurs approches et actions sur la monomorbidité et l'optimisation des processus correspondants ainsi que sur les structures organisationnelles et les organisations culturelles. Toute chose qui conduirait selon lui à une mauvaise affectation des ressources. Il en conclut qu’il nous faut réaliser davantage de recherche sur la complexité et la compréhension de la multimorbidité. Et c’est justement à ce niveau que les groupes d’entraide peuvent apporter leur contribution, notamment à travers une institutionnalisation de la coopération entre l’entraide et les centres hospitaliers, comme l’ont montré Antje Liesener et Anke van den Bosch dans leur exposé intitulé
"Erfahrungen aus Deutschland" (Expériences de l’Allemagne).
Coopération entre diverses organisations
Même si l’entraide bénéficie d’une méthode de travail ouverte, beaucoup d’organisations d’entraide, grandes et petites, sont confrontées à des défis similaires qui ont été traités dans le cadre de six ateliers. Le financement des organisations reste difficile, la séparation entre fonctions honorifiques et professionnalisation reste un champ de tension dans le mouvement d'entraide. Un autre atelier a porté sur la question de savoir comment vivre un environnement de partenariat plutôt que de concurrence et comment utiliser les synergies qui en découleraient pour faire fructifier les connaissances communes. Les développements dans le domaine numérique ont également constitué une thématique de discussion.

Il y a des choses qu'on ne peut voir qu'avec des yeux qui ont pleuré
Petra Wittwer, membre sortant du conseil de fondation d’Info-Entraide Suisse, a exposé sur les bénéfices et les limites des groupes d'entraide du point de vue des personnes concernées et sur la base de l'Étude nationale sur l'entraide en Suisse. Outre l'échange et l'appropriation des informations, il s'agit aussi de développement communautaire et personnel. Elle citait un poème: Donne-leur la lumière de tes ténèbres.

Projet « Institutions de santé favorables à l’entraide »