Radio mobile, les jeunes & l’entraide

Témoignages liés à l’entraide et à la santé mentale chez les 16-25 ans
En collaboration avec l'ANAAP, association neuchâteloise d’accueil et d’action psychiatrique, ainsi que le Service Cantonal de la Santé Publique, l'antenne neuchâteloise d'Info-Entraide Suisse a fait appel à la radio de jeunes NeuchVox, pour donner la parole à des jeunes concernés ou des proches de jeunes.
Interviews des partenaires de l’événements : Patricia Carvalhal, Info-Entraide Suisse Antenne Neuchâtel (à gauche), Nadia Nicoli, ANAAP (au centre), Joanne Schweizer Rodrigues, Service de la Santé Publique (à droite)
Interviews des partenaires de l’événements : Patricia Carvalhal, Info-Entraide Suisse Antenne Neuchâtel (à gauche), Nadia Nicoli, ANAAP (au centre), Joanne Schweizer Rodrigues, Service de la Santé Publique (à droite)
À l’occasion de la journée de l’entraide du 21 mai 2019, le bus qui a sillonné la Suisse pendant un mois a fait une halte au cœur de Neuchâtel. Cet événement, dont l’objectif était de présenter et promouvoir l’entraide et la santé mentale, tout en rendant visibles auprès du public les groupes d’entraide autogérés ou avec guidance professionnelle dans le canton de Neuchâtel.

Différents participants de groupes d’entraide de la région ont été présents afin de se rencontrer mais aussi d’accueillir les personnes intéressées à rejoindre un groupe d’entraide. Parmi les 53 groupes d’entraide autogérée actuellement répertoriés dans le canton, et les 44 groupes d’entraide avec guidance professionnelle, plusieurs étaient présents sur l’événement. On pouvait y trouver notamment des thématiques comme le burn-out professionnel, l’homosexualité/LGBT, l’autisme, les dépendances à l’alcool ou aux drogues, l’apnée du sommeil, la fibromyalgie, la sclérose en plaques, les personnes stomisées ou encore la schizophrénie et les maladies psychiques.

Cette année, le coup de projecteur a été mis sur les 16-25 ans. En effet, l’événement, soutenu par le Service de la Santé Publique du Canton de Neuchâtel, a suivi les lignes directrices de la Campagne Nationale de Promotion de la Santé Psychique, qui met l’accent en 2019 sur le public 16-25 ans.

La mascotte de SantéPsy se promenant dans les rues aux abords de la manifestation pour sensibiliser les passants.
La mascotte de SantéPsy se promenant dans les rues aux abords de la manifestation pour sensibiliser les passants.
L’objectif de la campagne est que chacun-e ait conscience qu’on peut prendre soin de sa santé mentale comme de sa santé physique. Cette campagne vise aussi à mieux faire connaître les ressources disponibles pour permettre aux personnes d’aborder plus sereinement les situations critiques de la vie. Nous sommes toutes et tous concerné-e-s par la santé mentale car elle est partie intégrante de la santé en général. Sachant qu’une personne sur deux est atteinte dans sa santé mentale au moins une fois dans sa vie (de manière ponctuelle ou durable) et que près de 18% de la population suisse fait face à un ou plusieurs troubles psychiques, il est primordial de prendre soin de sa santé mentale. Car les troubles psychiques sont des maladies comme les autres : ils sont ni plus ni moins évitables que les maladies somatiques. L’idée phare de cette campagne initiée par Promotion Santé Suisse (PSCH) est de mieux outiller la population pour faire face aux difficultés que toute personne peut rencontrer au cours de sa vie. La santé mentale, ça se cultive et ça s’entretient, au même titre que la santé physique.

En collaboration avec NeuchVox, une radio créée par des jeunes pour des jeunes, une mini station de radio a été installée. Trois interviews ont eu lieu, plus captivants et touchant les uns que les autres. Qu’est-ce que l’entraide pour eux ? Comment recherchent-ils l’entraide ? Qu’est-ce qu’un groupe de pairs leur apporte au quotidien ? Nous vous invitons à en découvrir la rediffusion sur NeuchVox chaque mardi après-midi. Le premier interview a abordé la thématique LGBT au travers des témoignages de deux jeunes de l’association Togayther. À travers leurs paroles, il ressort particulièrement l’importance de se sentir compris dans leur différence et la possibilité de s’identifier à un groupe. Le deuxième interview à accueilli un papa d’un jeune touché par la schizophrénie, qui a exprimé combien le fait d’être entouré, notamment au travers des activités de L’ANAAP, a été une ressource pour lui au quotidien pour mieux comprendre son fils. Le troisième témoignage a donné la parole à un jeune d’un groupe d’entraide des Narcotics Anonymes sur la thématique de la dépendance aux drogues, qui nous a raconté combien le groupe est un porteur dans le chemin sinueux pour sortir de la dépendance.

En fin d’événement, les organisations partenaires de l’événement ont pu prendre la parole pour communiqué au public combien il est important de prendre soin de sa santé mentale, que cela peut passer par diverses façons, dont l’une d’elle peut être l’entraide. Nous encourageons les personnes qui se sentent seules dans leur situation de prendre contact avec nous afin de trouver du soutien, que ce soit pour être redirigé au près d’un professionnel mais en particulier au près de groupes réunissant d’autres personnes vivant la même situation.